Est-il un seul moment qui vous puisse assurer d’un second seulement ?

Confiné dans le linceul du matérialisme et de l’indifférence, notre monde s’est subitement réveillé avec pour seul horizon quatre murs : « gestes barrières » et quarantaine obligent ! Chers amis, pour beaucoup de nos contemporains l’apprentissage d’un certain enfermement est une expérience qu’ils n’auraient jamais voulu faire. Il faut bien reconnaître que pour les moines et les moniales, le confinement a rendu notre vie monastique juste un peu plus monastique.

regarder, écouter, prier plus profondément

Confinés dans le Christ par profession – solennelle –, ce temps si particulier a pu résonner pour nous comme une invitation à regarder, écouter, prier plus profondément encore. Mais aussi pleurer, pleurer avec vous ceux que vous avez perdus : membres de votre famille, amis, voisins.

D’un confinement à l’autre

Le mot « confinement » a depuis quelques mois, de beaux jours devant lui. Attribué à une personne, ce terme lui signifie qu’elle est porteuse d’une maladie et qu’il faut la placer en quarantaine. Ce qu’elle pouvait faire jusque-là, elle ne le peut désormais plus, le temps de sa guérison. Comme on le voit, le confinement se prend à partir d’un diagnostic de maladie.

notre monde se croyait en bonne santé, confiné dans ses recherches

S’il n’y a pas de maladie reconnue, il n’y a pas non plus d’ordre de confinement. Mais si tout le monde est malade, on se retrouve dans une situation analogue : alors il n’y a pas lieu de prendre de précautions, puisque la maladie devient la norme. Avant le 17 mars 2020, pour prendre une date symbolique, notre monde se croyait en bonne santé, confiné dans ses recherches : l’avènement promis du surhomme qui allait repousser le mur de la mort lui souriait ; la protection de la vie, la vieillesse, la famille, tout cela était devenu has been. Et tout à coup rien ne va plus. L’horizon vient subitement de se boucher, et l’homme découvre avec stupeur que les murs sont toujours là. Il n’est plus question de vivre plus, mais simplement de survivre. Le confinement n’a pas changé fondamentalement, il n’est juste plus orienté de la même manière. Il fallait jusque-là sortir pour augmenter l’humain, il faut maintenant rentrer pour en préserver la santé.

À s’appuyer sur les clous de l’orgueil … l’homme finit un jour ou l’autre par avoir les pieds et les mains percés.

Nous pensions déterminer l’avenir, et c’est le confinement qui se charge de déterminer le nôtre. À s’appuyer sur les clous de l’orgueil et l’indépendance vis à vis de Dieu pour essayer de s’élever, l’homme finit un jour ou l’autre par avoir les pieds et les mains percés. Et tout devient alors désolation et souffrance. L’homme n’est finalement passé que d’un confinement à l’autre. La seule différence c’est qu’il en a un peu plus conscience : cette fois-ci il voit les morts et les pleure. La famille qui semblait à l’agonie devient le centre de la vie quotidienne. On n’aura jamais autant vécu en famille que depuis la mi-mars 2020 ! Saura-t-on en tirer un enseignement ?

Toutes portes closes

Confiné dans un linceul vierge, enfermé dans un tombeau de pierres lourdes, le Christ est venu nous rencontrer là où nous étions. Injustement condamné, abandonné de tous, il est mort d’asphyxie. Des hommes et des femmes sont frappés par un virus malin et traître, tout à fait injustement. Ils meurent dans la solitude, privés même de la visite de leurs proches craignant parfois d’être eux-mêmes contaminés. Et finalement à bout de souffle, l’étouffement les emporte. Cette configuration à l’agonie du Christ est impressionnante. Que peut-elle nous enseigner ? Peut-on être configuré à la Passion du Christ sans être aussi configuré à sa résurrection ?

aucune porte fermée n’a jamais posé un quelconque problème à notre Dieu

Car en vérité tout ne s’arrête pas là : le Père a envoyé l’Esprit par lequel il a ressuscité Jésus d’entre les morts (cf. préface 6 des dimanches ordinaires). Notre Père des cieux n’enverra-t-il pas son Esprit pour relever le cœur et les corps de ses enfants ? Soyons bien certains qu’aucune porte fermée n’a jamais posé un quelconque problème à notre Dieu. La question n’est pas de savoir si Dieu peut entrer ou sortir. La question est de savoir si nous le voudrons bien, si nous consentirons enfin à suivre le Christ à la gloire. Le monde en est incapable, mais les créatures de Dieu qui peuplent ce monde y sont pourtant toutes invitées : le salut est offert à toute créature humaine ! Préférera-t-elle mourir plutôt que de consentir à la vie ? Qu’en penseraient nos anciens si on les interrogeait ?

La grâce du troisième âge

« Il y a une réduction inquiétante du recours à l’IVG », déclarait monsieur le ministre Olivier Véran devant l’assemblée, le 1er avril dernier. Et ce n’était pas une blague dans sa bouche, ce jour-là ! Cette parole est terrifiante, et il ne faut pas l’oublier. À l’opposé de la persécution de la vie qui commence, la pandémie mondiale a paradoxalement mis en lumière la valeur de la vie de nos anciens.

Devant les catastrophes, les personnes âgées qui ont amassé tant d’expériences de vie, sont bien souvent d’un conseil fort avisé.

Dans le numéro 327 d’avril 2020 de la revue Découverte des Petites sœurs des Pauvres, on peut lire ces lignes du président de la communauté sant’Egidio, Marco Impagliazzo : « Le discours public sur la condition des personnes âgées est aphasique. Il lui manque une pensée sur la vieillesse… C’est un âge qui n’est pas à l’aise dans un temps qui exalte l’autonomie individuelle, le culte du présent… Il faut dire d’emblée que la vie ne décline pas nécessairement avec la réduction de la vie active. Les personnes âgées peuvent encore avoir une vie active… » Devant les catastrophes, les personnes âgées qui ont amassé tant d’expériences de vie, sont bien souvent d’un conseil fort avisé. « Est-il un seul moment qui puisse assurer d’un second seulement ? », se demandent-ils humblement avec Jean de La Fontaine ( « Le vieillard et les trois jeunes hommes » ). Leur présence est déjà un témoignage que la vie prend le dessus sur la mort. Leurs paroles, leurs silences, leur regard, leur paix nous aident à prendre mieux conscience de la présence de l’autre, de la valeur des choses, et finalement de la grâce de la vie. Dans cette épreuve que nous traversons, ces personnes témoignent du poids vivifiant de la famille. Elles nous rappellent l’importance de la place de chacun, et nous rassurent en nous montrant humblement que chacun a sa place.

Confinés en famille

La communauté monastique est elle aussi une famille. Tous les âges s’y côtoient et s’enrichissent mutuellement, mettant en application l’invitation évangélique faite au bon maître de maison : tirer du trésor de sa communauté du neuf et de l’ancien. Je le disais en ouvrant cet éditorial, le confinement nous a peut-être rendus un peu plus moines. Et c’est heureux au cœur de l’école du service du Seigneur qu’est le monastère.

La communauté monastique est elle aussi une famille

Comme vous pourrez le lire dans la chronique (réservée aux abonnés), certains événements ont marqué la vie à Sainte-Anne de Kergonan depuis Noël. Notre droit propre nous invite à renouveler tous les trois ans les emplois au monastère. Cela permet à la fois à la communauté de garder son équilibre et donne à chaque moine la possibilité de s’incarner personnellement davantage encore dans sa vie monastique. Nous avons aussi mené des travaux importants afin de vous rendre plus proche notre vie à la recherche de Dieu. Le site de l’abbaye a été refondu entièrement. Beaucoup parmi vous appréciaient la sobriété du précédent. Une part importante de son contenu était obsolète, sans rien dire de la technologie qui ne le rendait pas accessible à tous. Nous espérons que ce moyen moderne vous permettera de bénéficier d’une présence que nous savons importante à vos yeux. Diverses rubriques ont vu le jour, et vous êtes invités à venir les visiter. L’adresse est toujours la même : http://kergonan.org.
Comme le dit le proverbe anglais : « La preuve du pudding c’est quand on le mange ! » Alors voici du concret ! La rénovation de la ferme rend encore plus manifeste la dimension de l’accueil bénédictin qui nous est si chère. Nous espérions pouvoir vous ouvrir ce nouvel accueil pour Pâques, mais les travaux ont été retardés par les circonstances, comme vous vous en doutez. La joie de vous recevoir est donc mise en attente, pour être encore plus belle lorsque le moment sera enfin venu.

Pour finir

Pour achever ces lignes, je tiens à vous dire combien votre présence nous a manqué au monastère.

« Seigneur, tu nous assures la paix : dans toutes nos œuvres, toi-même agis pour nous »

Oui, le reflet du Christ qui brille sur vos visages nous a manqué, en particulier lors des célébrations liturgiques, et aussi à l’hôtellerie. Vous le voyez : vous n’avez pas été les seuls à subir ce temps de séparation. De votre côté l’impossibilité d’accéder aux sacrements est une véritable épreuve à laquelle personne n’était préparé. Elle vous conduit à entrer dans l’attente, la confiance et la reconnaissance. L’attente peut être vécue comme une chance si l’on consent à faire confiance. Confiance en Dieu et confiance en l’action de Dieu dans l’homme, comme le dit merveilleusement le prophète Isaïe : « Seigneur, tu nous assures la paix : dans toutes nos œuvres, toi-même agis pour nous » (Is. 26, 12). Oui, Dieu agit dans toutes nos œuvres, mystérieusement. Telle est aussi notre confiance et notre attente. La reconnaissance peut paraître plus ténue. Elle peut ici naître du manque : c’est parfois lorsqu’on est privé d’une réalité avec laquelle on a l’habitude de vivre, que l’on prend conscience de la grâce qui nous est faite presque à notre insu. Et puis vous le savez bien : lorsque l’on ne peut accéder aux sacrements, Dieu lui peut accéder à nos cœurs ! Entrons tous davantage encore dans la foi en ce Dieu qui s’est caché mais qui est bien là, dans le secret.

À bientôt !

+ Frère Laurent de Trogoff
        Prieur administrateur


1 commentaire

CHARLIER · 15/06/2020 à 20 h 51 min

De belles images grâce à cet éditorial qui rapproche étonnamment des événements et des personnes qui nous sont proches.
Merci frère Laurent

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.